Association Internationale pour la Recherche en Didactique du Français

Appel La Lettre n°70 : Politique et Didactique

Catégorie(s)
Soumission
30 septembre 2021
Organisateur
AIRDF
Fichier(s)
Contact(s)
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

AIRDF Logo 2019Politique et didactique

La question de l’engagement militant de ou dans l’AIRDF a été, depuis sa fondation, au cœur de l’association, même si, elle est parfois restée en creux dans les interrogations qui se posaient. L’actualité récente en France mais aussi au Québec montre l’importance et l’urgence de s’interroger sur les liens entre la recherche en didactique du français et les orientations politiques. Par orientation politique, on peut entendre deux choses : les valeurs qui gouvernent l’association en interne et la conduite des affaires de l’état par un gouvernement qui a ses valeurs propres. Force est de constater que parfois les deux acceptions frictionnent un peu.

​Exposition : l’exemple de l’imposition d’une méthode d’apprentissage de la lecture en France1

 Pour ne pas surcharger le présent texte, nous renvoyons à d’autres écrits sur l’évènement déclencheur français, le but étant d’ouvrir le débat un peu plus largement sans s’appesantir trop sur la péripétie.

 Dans le courant 2020, le ministère français de l'éducation nationale a promu une méthode de lecture conçue en interne :

« L’objectif annoncé est d’identifier les conditions d’appropriation d’une méthode d’apprentissage de la lecture au CP et des outils eux-mêmes, sachant que la question de la prise en main par les professeurs semble prioritaire. Cette méthode a été développée par des formateurs de l’académie de Paris et imprimée en juillet 2020 par les services du ministère [français] de l’éducation nationale. Il est explicitement indiqué que ces outils prennent en compte les principes du guide orange "Pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture au CP" (2018) »2

 En outre, le ministère a lancé un appel à manifestation d’intérêt de la part de laboratoires scientifiques pour analyser les effets de la méthode de lecture recommandée institutionnellement. Si la démarche en elle-même, valider scientifiquement une méthode d’enseignement, n'est pas choquante, la méthode de promotion de la méthode a questionné le monde français de la didactique du français3. D’autant plus que l’étayage par des recherches en DF et dans des disciplines reste une simple déclaration d’intention.

Dès lors, la question scientifique se double aussi d'une question politique4 : y a-t-il, en France, une reprise en main du pédagogique et du didactique par le politique ? Le soupçon, alors, était que l'appel à manifestation d'intérêt du ministère était quelque peu cousu de fil blanc… Les autres pays sont-ils exempts de ce risque ?

​Le triangle amoureux : idéologie, institution, science

Notre exemple montre qu’il y a eu :

- une intervention forte du politique ;

- des orientations didactiques discutables, car ne faisant pas consensus, lesquelles orientations vraisemblablement s’appliqueront dans les/des classes ;

- des contraintes interdisant toute réponse scientifique sérieusement fondée pour analyser l’impact de ladite méthode.

L’ensemble constitue une instrumentalisation de la science ou d’une part de celle-ci pour promouvoir un projet pédagogique qu’on tente de rendre pertinent. Que le politique décide, c’est son rôle ! Qu’il prenne des décisions en fonction de ses idéologies, c’est sa fonction ! Qu’il utilise le scientifique pour valider son projet de décision, c’est de bonne guerre ! Pour autant que soit respectée l’épistémologie. Dit autrement, la science doit pouvoir invalider le projet politique mais n’a pas le pouvoir de l’interdire. En 2014, Jean-Maurice Rosier5 tente de hiérarchiser le rapport entre idéologique et scientifique :

« La culture scolaire est inséparable de ce qui se définit comme culture légitime à l'intérieur de la société globale. Pour les partisans du changement, il est clair que la vérité du politique est d'ordre social ; elle oblige donc à comprendre le lien entre programmes scolaires et rapports sociaux. La critique sera donc idéologique : contre la tradition, dans une relation convoquée sciences/idéologie ; et contre les pratiques modernistes, en dénonçant l'illusion de réformes pédagogiques qui ne s'accompagnent pas d'une interrogation sur les savoirs. »

Un changement dans le scolaire initié par le politique a donc, entre autres, une dimension idéologique, mais la critique de ce changement, si elle peut être idéologique peut aussi être réalisée sur les plans institutionnel et scientifique.

​Dénouement ?

Par l’espace que recouvrent les travaux de ses membres, leurs implications, l’AIRDF se situe à l’intersection de ces trois champs, l’idéologique, le scientifique et l’institutionnel. Il semble dès lors opportun de nous interroger sur le rôle de l’association. Cela passe par un retour sur les statuts6 de l’association. Les objectifs déclarés de l’association :

Art. 2 : L’Association a pour but de promouvoir le développement de la recherche en Didactique du Français, notamment :

  • en favorisant les contacts, les échanges de publications, d’informations entre les chercheurs ;
  • en organisant des rencontres, des colloques, des congrès ;
  • en favorisant l’information du public sur les recherches et les publications qui en sont issues ;
  • en publiant ses propres travaux.

Ces objectifs ne disent rien des valeurs et des méthodes défendues. Nous promouvons le développement de la recherche… Sommes-nous donc seulement une agence de communication ? Certes non. Quelles sont nos conceptions de la didactique du français et des recherches liées ? Pour quels enjeux ?

Force est de constater que le réseau des chercheurs adhérents à l’AIRDF développe bien d’autres choses que des actions de communication. Certes, plus ou moins isolés, plus ou moins regroupés, au sein de réseaux locaux, nationaux ou internationaux, les chercheurs cherchent. Oui, mais sur quelles bases axiologiques ? Définir une ligne de conduite raisonnée et raisonnable est urgent et important. Notre revue constitue un espace idéal pour cette réflexion qui fait l’objet du dossier proposé.

« La Lettre de l’AIRDF » comme outil de communication au sein de l’AIRDF a, entre autres, une fonction de transmission de travaux et de résultats en didactique. Ce dossier est l’occasion de s’interroger sur les bases axiologiques de ces travaux. Sont attendus des articles militants et/ou scientifiques de formes variées7 : pamphlet, polémique, éditorial, déclaration d’intention (soyez créatifs !…), qui répondent en tout ou en partie aux questions ci-dessous.

  • Les fondements axiologiques de l’association

    • Quelles valeurs défend-on en tant que membre de l’AIRDF ?

    • Quel engagement ou type d’engagement est le nôtre ?

    • Quelles valeurs défend ou devrait défendre l’AIRDF en tant que regroupement d’individus ?

    • Que peut/veut/doit faire l’AIRDF face au(x) défi(s) que pose ou peut poser le politique, quelle que soit son idéologie ?

  • Le rôle de l’association

    • Comment l’AIRDF peut/veut/doit-elle intervenir dans le complexe idéologie-institution-épistémologie-méthode ?

  • Les moyens d’intervention

    • Quelles interventions, autres que pétitions de principe ou de protestation, s’autorise l’AIRDF ?

    • Quels domaines didactiques sont les plus sensibles à la question idéologique ?

    • Quelle(s) méthode(s) d’enseignement l’AIRDF peut/veut/doit-elle promouvoir en accord avec quelles valeurs et dans quels choix épistémologiques ?

Ce dossier doit permettre de renforcer les fondements éthiques de l’AIRDF en tant qu’association permettant le développement et la diffusion des recherches en didactique du français, y compris en dehors d’elle-même. Cela passe par un débat interne de fond concernant la voix dont l’AIRDF veut se doter, au-delà des différences qui la composent.

1 Il faudrait bien entendu s’interroger sur ce qu’il se passe en francophonie, plus généralement.

2 Pour de plus amples détails sur la méthode d’enseignement, voir http://airdf.ouvaton.org/index.php/site_content/item/1083-lego-je-decode

3 Pour de plus amples détails sur la question de l’appel à manifestation d’intérêt, voir http://airdf.ouvaton.org/index.php/site_content/item/1087-lecture-au-cp-en-france

4 Voir « Le 21 ème siècle verra-t-il (enfin) la disparition des polémiques stériles sur l’apprentissage de la lecture ? », Bulletin d’humeur dans LA LETTRE de l’AIRDF n° 68, décembre 2020

5 Rosier Jean-Maurice. Militantisme, sociologie, didactique. In: La Lettre de l'AIRDF, n°55, 2014. pp. 10-13. DOI : https://doi.org/10.3406/airdf.2014.1996

7 Les contraintes d’écriture pour La Lettre sont ici : http://airdf.ouvaton.org/index.php/la-lettre-de-l-airdf/download/337/708/25

 

 

  • Lecture
    369 fois
  • Créé le
    mercredi 20 janvier 2021
  • Mis en ligne par
    Webmestre
  • Dernière mise à jour
    lundi 21 juin 2021

Mentions

Propulsé par Joomla 3 Joomla! is Free Software released under the GNU/GPL License

Copyright AIRDF 2015Crédits PhotosMentions légales et contact | Cookies

 

Lire les autres mentions

Creative commons

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Contact

Quelque chose à dire à propos du site ? C'est ici.

Rechercher sur le site

Adhérents AIRDF